Comptage vélos 2010

Nous avons fait ce 2ème comptage au même endroit que celui de 2009, au carrefour de la gare, une semaine plus tard, en raison des intempéries.
L’augmentation du nombre de vélos 220 au lieu de 158, est très nette, quoique inégalement répartie.
Les très fortes augmentations, en provenance de Gambetta et de Bigonnet, que nous ne retrouvons pas en sens inverse, nous font penser qu’il y a des cyclistes qui empruntent ce trajet pour venir du sud, mais utilisent un autre itinéraire dans l’autre sens.
La quasi-stagnation de la gare, alors que le nombre de voyageurs utilisant le train est passé de 3000 à 4 600, est inquiétante et devrait interpeller les décideurs, car partout où il n’y a pas d’obstruction, la pluri-modularité, train+vélo est en fort développement. C’est d’autant plus important pour Mâcon, que les stationnements voiture en gare sont très engorgés.

À remarquer, la répartition plus étalée de la circulation cycliste dans la journée.

Comme nous n’étions pas surmenés par le nombre de vélos à compter, nous avons utilisé notre astreinte pour faire des comptages secondaires :
les 2 roues motorisés plus efficaces que la voiture
les transports en commun qui ont la faveur de nos édiles.
Les 2 roues motorisés .
Tous types et puissances confondus, nous en avons compté 220, autant ou aussi peu que de vélos.
Les transports en commun.
L’impression de l’année dernière se confirme, pour toutes les lignes, tous les transporteurs, les 2/3 des véhicules transportent moins de 5 passagers. L’année passée, les navettes gratuites, supprimées, semblaient avoir du succès.
Cette situation devrait également interpeller les décideurs.
Les contribuables doivent-ils financer des panneaux publicitaires motorisés ? Quel est l’impact de ce dysfonctionnement, sur la circulation des autres usagers, sur la qualité de l’air ? Sur la consommation d’énergie fossile ? Les gros bus dans dans des rues étroites, n’est-ce pas une nuisance supplémentaire ?
Nous n’avons pas compté les piétons, particulièrement nombreux de la gare vers la rue Victor Hugo, le matin, en sens inverse le soir. Véritable choix ou choix par défaut?

Nous n’avons pas l’intention de recommencer ces comptages, nous avons récolté quelques données chiffrées non disponibles par ailleurs.
La mairie de Mâcon a les moyens de réaliser ce travail en l’automatisant, comme elle est lancée dans des travaux importants d’aménagement, elle devrait se donner la possibilité d’évaluer l’impact de ses décisions dans le but de renforcer la pertinence de ses actions.
En tant que Mâconnais, nous savons nous orienter dans le brouillard, mais tout de même!

Share