covid-19 : Pour un plan vélo d’urgence à Mâcon

Avec Olivier Schneider, président de la FUB, nous croyons que le vélo « est le geste barrière qui contribuera à éviter au maximum une deuxième vague de Covid-19 ». Un avis partagé par l’exécutif avec l’annonce par Elisabeth Borne d’un plan d’urgence de 20 millions d’euros en faveur du vélo. Dans de nombreuses villes françaises, des pistes cyclables temporaires sont aménagées. Dans ce contexte, Mâcon Vélo en Ville a fait des propositions.

LE VÉLO, LE MOYEN DE TRANSPORT IDÉAL D’UN DÉCONFINEMENT RÉUSSI

«  Le déconfinement est le moment d’illustrer que le vélo est un mode de transport à part entière et pas seulement un loisir. Alors que 60% des trajets effectués en France en temps normal font moins de 5 km, les semaines à venir représentent une occasion pour de nombreux Français, d’ores et déjà cyclistes ou non, de choisir le vélo pour se rendre au travail ou faire des déplacements de proximité. » : la ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne a prononcé ces mots le 30 avril dernier, en annonçant la mise en place d’un plan vélo d’urgence de 20 millions d’euros (voir ici).

Une des premières mesures est de renforcer la sécurité des cyclistes en soutenant le développement de pistes cyclables temporaires.

En effet, les mesures de confinement ont entraîné une baisse inédite de tous les déplacements et ont révélé que les routes actuellement vides (ou presque) représentent 50 à 80 % de l’espace public en ville, tandis que les piétons sont cantonnés sur des trottoirs étroits pour lesquels il est difficile de maintenir la distanciation physique. Une solution envisagée : investir une partie de la chaussée afin de libérer de l’espace pour les vélos et les piétons. Il s’agit tout simplement de rééquilibrer l’espace public.

Nous devons encourager un report des modes de déplacement vers le vélo, peu coûteux et bon pour la santé, et limiter le recours systématique à la voiture individuelle, source de pollution pouvant aggraver la crise sanitaire, qui entrainera également des embouteillages, du bruit et un sentiment d’insécurité pour les piétons et cyclistes. Plus nous serons nombreux à choisir le vélo, plus nous pourrons laisser de la place à celles et ceux qui n’ont pas le choix et qui doivent prendre la voiture ou les transports en commun (personnes fragiles, à mobilité réduite…).

Pour que le vélo soit un réel choix, non subi, il faut permettre à chacun de se déplacer à vélo de manière efficace et en sécurité. Pour cela, il est possible de mettre en place des aménagements cyclables temporaires dans le cadre du déconfinement. Les avantages de ces aménagements sont nombreux : souplesse, flexibilité, expérimentation (droit à l’erreur), faible coût, simplicité juridique, réversibilité…

NOS PROPOSITIONS POUR MÂCON ET SON AGGLOMÉRATION

A Mâcon Vélo en Ville, nous sommes convaincus de l’intérêt de ces aménagements cyclables temporaires . Nous voulons saisir cette opportunité de faire changer (durablement) les comportements, d’expérimenter et de rechercher des solutions pérennes dans le souci de l’intérêt général.

Voir aussi « Aménagements cyclables temporaires à Mâcon ? »

Nous avons fait une première proposition à la mairie de Mâcon concernant l’aménagement de la D906 (ex N6) qui traverse Mâcon du Nord et Sud et dessert les principaux lieux d’activités et commerces. Nous avons proposé de tracer une bande cyclable sur la chaussée, en réservant une voie de circulation aux cyclistes (et aux bus) puisque cette route est en grande partie en 2×2 voies. Là où la route est plus étroite, des solutions technique peuvent être trouvées. Nous avons identifié des « points noirs » qu’il faudra sécuriser (notamment ceux qui ont été cités dans le baromètre 2019 de la FUB ‘Parlons vélo’) et repérés sur cette carte consultable en ligne.

Bien sûr, il ne suffit pas d’installer quelques cônes de chantiers et de peindre des petits vélos au sol pour réaliser une bande cyclable sécurisée et utilisée, notamment pour des nouveaux cyclistes qui profiteraient de l’occasion pour se (re)mettre en selle. Il faudra être paticulièrement vigilant aux carrefours, ronds-points, feux et aux stationnements des voitures sur les côtés de la route. Il faudra aussi communiquer sur les aménagements temporaires cyclables pour les rendre plus compréhensibles et visibles par les automobilistes. Plus généralement, il faudra communiquer et inciter à l’usage du vélo et de la marche dans le contexte crise Covid-19.

Nous travaillons actuellement sur d’autres propositions, notamment pour prolonger les aménagements cyclables existants et améliorer ainsi la continuité et la cohérence des tracés. Un enjeu important sera d’aménager les axes desservant les établissements scolaires pour permettre aux élèves qui le souhaitent de prendre le vélo au lieu du bus.

Le déconfinement va se faire progressivement, profitons-en pour développer un réseau cyclable cohérent et adapté au territoire, par étape. Nous sommes prêts à y travailler avec la mairie de Mâcon, les communes voisines et MBA.

De tels aménagements se font un peu partout dans le monde et en France. Les villes de Bourg en Bresse et de Villefranche sur Saône ont acté la mise en place d’aménagements cyclables temporaires. C’est une occasion à ne pas manquer à Mâcon. Saisissons-la !

Share