Charnay et les cyclistes, l’amour vache…

Qu’on se le dise, le cycliste est en danger, le cycliste met en danger ! Et qui fait mine d’aimer bien, châtie bien ! Une double page parue dans le dernier numéro du bulletin municipal de Charnay-les-Mâcon en dit long sur une vision dépassée et surtout erronée du cyclisme urbain que certains cultivent encore, hélas, aujourd’hui.

L’article en double page paru dans le bulletin municipal de Charnay-les-Mâcon (N°5, automne 2021, consultable ici) nous laisse un goût amer…

Certes, Mâcon Vélo en Ville est tout à fait d’accord sur le fait que les cyclistes doivent être bien équipés pour faire du vélo et qu’il y a des règles à respecter pour un partage respectueux et sécurisé de la rue.

Mais quel choc de voir que la charge est ici entièrement portée par le cycliste ! C’est au cycliste de faire attention ! C’est le cycliste qui est irrespectueux ! Finalement l’article laisse supposer que si un cycliste a un accident c’est de sa faute ! On lit qu’il nous faut tous « relever le défi collectif d’une mobilité autrement ». Comment peut-on penser qu’un tel article suscite des vocations de déplacements à vélo ?

La première page, après avoir rappelé en une ligne le bienfait pour l’environnement des déplacements à vélo, cible (via un schéma) l’équipement nécessaire pour circuler à bicyclette en tout sécurité.  C’est en effet important de préciser les équipements obligatoires et recommandés aux cyclistes pour être bien vus en particulier. M2v le fait très régulièrement. Mais c’est renvoyer aux seuls cyclistes la responsabilité d’assurer leur sécurité. Qu’en est-il de la responsabilité des collectivités territoriales ? lorsque les aménagements font défaut ou ne permettent pas d’assurer une connexion sécurisée au réseau routier, lorsque la signalisation est absente ou contradictoire ? Qu’en est-il de la responsabilité des automobilistes ?

Sur la deuxième page de l’article, une infographie de qualité, qui comporte malgré tout quelques erreurs ou imprécisions (cf encart), liste toutes les amendes que le cycliste incivil encourt. Le problème n’est pas cette information en tant que telle mais le fait qu’elle cible uniquement le cycliste qui apparaît comme un individu dangereux contrevenant régulièrement à la loi. Automobilistes et piétons en seraient les victimes. Quid des droits des cyclistes ? Quid des infractions commises par les automobilistes envers les piétons et les cyclistes ? Rien ! Le code de la route a évolué ces dernières années pour améliorer la sécurité des plus vulnérables face à la voiture : les piétons et les cyclistes. Mais aucune référence à ce sujet n’est faite dans l’article.

Mais gardons espoir ! Cet article est sans aucun doute le premier d’une série sur la mobilité. Ainsi dans le prochain bulletin municipal seront analysés, soyons-en sûrs les bienfaits du vélo et pas seulement pour l’environnement mais aussi pour la santé, le pouvoir d’achat, l’économie de proximité… De même que seront pointés les dangers que représentent l’automobile et les obligations qui lui sont faites de respecter les plus fragiles : piétons et cyclistes

Ainsi, concernant ce dernier point, serait-il opportun de rappeler au respect du code de la route les automobilistes :

  • qui ne respectent pas la distance de 1 mètre pour le dépassement (1.5m hors agglomération) ;
  • qui coupent la route des cyclistes dans les ronds-points ;
  • qui stationnent sur les trottoirs ou les pistes cyclables (135 euros d’amende) ;
  •  qui roulent sur les voies de bus ou de taxis ou les îlots directionnels ;
  • qui ouvrent leur portière sans regarder si il y a un vélo qui arrive, qui changent de file sans crier gare ni mettre leurs clignotants ;
  • qui ne respectent aucunement les limitations de vitesse (surtout D960 et axes périurbains) ;
  • qui s’agglutinent devant les collèges et les écoles le matin et le soir (en espérant pouvoir déposer leurs enfants directement dans la classe probablement) sans égard pour les enfants qui arrivent en vélo ou à pied (les téméraires!)…

Quelques correctifs ou précisions concernant l’article paru dans le bulletin municipal :

  1. Le gilet n’est obligatoire qu’hors agglomération et de nuit ou par manque de visibilité.
  2. Remonter la file à droite est toléré en cas d’arrêt prolongé et volontaire des automobiles. Il permet en outre au vélo de rejoindre le SAS cyclable au feu pour se mettre en sécurité.
  3. Bon nombre des infractions notées relèvent du code de la route qui s’applique aussi aux automobilistes.

On pourra consulter et se référer avec profit à la page du CEREMA, « Le code de la route évolue en faveur des piétons et des cyclistes », consultable ici.

Alors comme le dit la campagne vélo de la sécurité routière :  « attention à vélo » oui mais « attention aux vélos » aussi ! L’enjeu est un partage apaisé de la rue qui permettent à tous de « vivre ensemble » la ville.

Share

Mâcon et MBA : participez nombreux à l’enquête 2021 des villes cyclables !

Chers adhérents et sympathisants de Mâcon Vélo en Ville, nous vous invitons à participer nombreux à la 3° édition de la plus grande enquête citoyenne sur le vélo au quotidien en France, lancée à l’initiative de la FUB : le Baromètre des villes cyclables. D’abord, bien sûr, en répondant bien vite, avant la date limite du 30 novembre prochain, au questionnaire en ligne disponible sur parlons-velo.fr. Ensuite, si vous le pouvez, en contribuant à la promotion du baromètre à l’aide des flyers mis à votre disposition au local de m2v.  Après 2017 et 2019, en 2021, un taux de participation croissant à ce rendez-vous bisannuel devrait accompagner un changement de braquet en faveur du vélo à Mâcon et dans son agglomération.

Le constat est sans appel : en France, la pratique quotidienne du vélo a fait un bond en avant sans précédent. Bonne nouvelle, cette dynamique concerne aussi bien les grands centres urbains que les villes moyennes et les territoires ruraux. Cet engouement a notamment été porté par le Coup de Pouce Vélo orchestré par la FUB, qui a permis de réparer ou de remettre en circulation près de 2 millions de vélos.

On sait qu’à Mâcon, grâce à l’action de ses bénévoles, l’atelier participatif de réparation vélos de Mâcon Vélo en Ville a contribué à la remise en état de nombreux vélos dans le cadre du Coup de Pouce Vélo.

L’édition 2019 du Baromètre des villes cyclables a confirmé l’intérêt pour le vélo avec 185 000 répondants et 763 communes classées. Mâcon doublait son taux de réponses par rapport à 2017 et Charnay faisait son apparition dans le classement.

Au-delà de l’émulation stimulante d’un palmarès des villes cyclables, l’enquête de la FUB permet avant tout de mesurer la satisfaction et de recueillir les attentes des usagers concernant leurs déplacements à vélo. Ainsi, son édition 2019 a-t-elle aidé à l’élaboration du Plan Vélo pour Mâcon et son agglomération, présenté à nos élu.e.s en vue d’une co-construction participative.

La participation du plus grand nombre à l’édition 2021 du baromètre est essentielle à la poursuite et à l’accélération de ce travail citoyen.

Pour répondre à l’enquête (date limite fixée au 30 novembre prochain), la démarche est facile : il suffit d’un simple clic sur le site Parlons Vélo de la FUB :  https://www.parlons-velo.fr/

Et comme c’est bien au niveau de l’agglomération que s’organisent les mobilités, il est important de voir que dans l’agglomération MBA,  l’enquête ne se limite pas à  la seule ville de Mâcon. Les répondants ont la possibilité de remplir jusqu’à trois questionnaires relatifs à des communes qu’ils parcourent à vélo.

Il est également très important de faire connaître autour de soi l’existence et l’intérêt de cette enquête afin d’augmenter le plus possible le nombre de répondants : des flyers sont à la disposition des adhérents pour les aider à promouvoir le baromètre, à retirer au local de Mâcon Vélo en Ville, les mercredi et samedi, aux heures d’ouverture de l’atelier.

En prenant dix minutes pour répondre, en cartographiant les points noirs et les coups de cœur, les citoyen.ne.s affirment leur souhait de participer à la conception d’un véritable système vélo confortable et sécurisé.

Ils offrent, par leur expertise d’usage quotidien, un formidable outil aux professionnels, aux élu.e.s, aux associations. Les clés de compréhension ainsi obtenues leur permettent de passer à l’action et d’imaginer des communes et des agglomérations cyclables partout et pour toutes et tous.

Ce à quoi nous aspirons tous pour Mâcon et son agglomération.

Share

Cluny, 16 juin : Vélo, le soleil brille !

Dimanche 16 juin, le soleil brille, seize adhérents de Mâcon Vélo en Ville partent de l’esplanade Lamartine ou de la gare de Charnay pour se rendre à Cluny en empruntant la voie verte. Après une belle balade de 2 h 30, ils rejoignent « La Vie Cyclette en Clunisois » qui est à l’initiative de cette rencontre entre associations de promotion du vélo au quotidien du Sud Bourgogne. « Vélo sur Saône » et « Espace PAMA » de Chalon-sur-Saône ainsi que « Mines de Rayons » de la communauté urbaine Creusot-Montceau sont aussi présentes. Notre retour sur une journée d’échanges et de rencontres particulièrement réussie.

Avant de passer aux choses sérieuses nous faisons les présentations et discutons de manière informelle autour de repas tirés du sac mais surtout des bonnes galettes salées et crêpes sucrées préparées par la crêperie mobile « Cyclo-galette » tenue par Mathieu et son aide du jour Alexis. Des Maconnais aux fourneaux ! La dégustation se passe en musique, dans une ambiance latino.

L’après-midi place au remue-méninge, décliné en cinq ateliers thématiques. Nous tournons toutes les 20 minutes et pouvons ainsi participer à trois ateliers. Le but est de partager les expériences de chacun et de discuter des sujets suivants : 
> Les messages aux politiques
> Les ateliers d’auto-réparation (côté utilisation et côté organisation)
> Les actions vers l’apprentissage du vélo 
> Les moyens d’actions vers les politiques
> Mon militantisme au quotidien

Chaque responsable d’atelier s’est ensuite fait le porte-parole des échanges auprès de l’ensemble des participants.  Petit florilège de ce qui a été dit. L’idée que « le vélo ce n’est pas que du sport, c’est du transport » est revenue à plusieurs reprises. Les ateliers « messages » et « moyens d’action » aux politiques ont retenu qu’il faut inciter la région et le département à prévoir dans leur budget une part claire et dédiée pour les mobilités actives, demander la création d’un référent au niveau départemental et agir de concert auprès de cette instance ou de la région qui porte la compétence avec des actions coups de poing pour dénoncer les mauvais aménagements. Le groupe « atelier d’autoréparation »  a insisté sur le fait qu’il ne faut pas hésiter à s’engager comme bénévole dans un atelier d’auto-réparation même si on ne maitrise pas tout. Apprendre à faire du vélo est essentiel : vélo-école pour adulte à Mâcon, démarrage à Cluny le matin même et « savoir rouler » à St Gengoux en ont témoigné. Enfin l’atelier « mon militantisme au quotidien » a dit l’importance de communiquer sur le vélo en donnant des exemples qui peuvent servir de modèle : chaque trajet au quotidien peut devenir une « vélorution ». Et de donner à voir le bonheur de faire de la bicyclette, sur des pistes cyclables qui sont de véritables « réseaux sociaux » permettant la rencontre et les échanges.

 Les échanges ont été riches et il a été acté qu’on se reverrait et qu’on pourrait poursuivre cette initiative en montant des projets en commun.

Un petit intermède en chanson a été concocté par les enfants qui ont créé une superbe chanson pro vélo sur un air de Michel Fugain que nous reprendrons, à n’en pas douter !

Avant de nous quitter et de repartir pour Mâcon, nous prenons une photo avec nos vélos, dont certains sont très originaux : vélomobile, bi et triporteur, longtail… 

Une partie de l’équipe mâconnaise est rentrée par la voie verte. Mais trois d’entre nous se sont essayés à l’intermodalité en prenant le car et ont été ravis de l’expérience. Une ligne Mobigo joint en effet Cluny à Mâcon et peut embarquer des vélos. Mathieu et son fils auront eu droit au rack à vélo derrière le bus très facile d’usage. Pour Nadine, le vélo a voyagé dans la soute : « avec l’aimable contribution de la conductrice qui, voyant ma maladresse de néophyte, est descendue de son véhicule au départ et à l’arrivée pour m’aider à charger et décharger mon vélo. Qu’elle en soit remerciée ! ». Pour 1,50 € et 30 minutes de trajet ! « Une superbe solution pour les jeunes enfants qui veulent tenter l’aventure de la voie verte jusqu’à Cluny, mais pour lesquels le retour présente moins d’intérêt. On recommencera avec la famille au complet » confirme Matthieu.

Une bien belle journée, riches de partages d’expérience et de souvenirs !

Share

Les panneaux fleurissent au printemps

Mâcon Vélo en Ville le souhaitait et le recommandait, la mairie de Mâcon le fait : installer une signalisation nouvelle, les « cédez-le-passage cyclistes au feu », pour le plus grand profit des cyclistes et des automobilistes

Usagers de la route, vous avez dû voir apparaître en dessous de nombreux feux tricolores de notre ville des panonceaux, dénommés selon la réglementation officielle M12a et M12b. Ce sont des « cédez-le-passage cyclistes au feu ».

Quezako ? Ces signalisations autorisent le franchissement des feux par les cyclistes pour tourner à droite ou aller tout droit, plus rarement pour tourner à gauche. Bien évidemment le cycliste doit s’assurer que la voie est libre, il n’est pas prioritaire.

Quel intérêt ? Améliorer la sécurité du cycliste qui peut démarrer en léger décalage avec les automobilistes au feu, qui se retrouve  donc moins au cœur de la circulation automobile dans les carrefours. Ce dispositif contribue aussi à fluidifier le trafic.

Mais c’est dangereux ? Pas du tout. Le dispositif est expérimenté aux Pays Bas depuis 1990, depuis 2008 à Paris, puis Bordeaux, Nantes… Et aucun accident n’a été signalé de son fait. Il a donc été généralisé dans bon nombre de métropoles et pays dans les années 2010 (Paris depuis 2013).

Nous sommes heureux d’avoir contribué en tant qu’association de promotion de l’usage du vélo au quotidien à l’installation par la mairie de Mâcon de cette signalisation tant attendue. Il faut désormais qu’elle soit connue et comprise par les usagers.

Cyclistes, utilisez ces autorisations pour circuler plus en sécurité en évitant le flot de démarrage des véhicules motorisés tout en restant attentifs. N’oubliez pas que c’est un cédez-le-passage et donc que les piétons et les véhicules qui circulent sur l’autre voie sont prioritaires.

Automobilistes qui attendaient au feu et voyez un cycliste « griller » le feu rouge, prenez conscience qu’il en a le droit et que cela vous permettra de démarrer en toute sécurité et rapidement lorsque ce sera votre tour, vous n’aurez plus à vous inquiéter du cycliste qui était stationné près de vous. Et si vous réalisez à cette occasion qu’il fait bon être cycliste, rangez votre voiture au garage dés que vous le pouvez et enfourchez votre bicyclette. Vous découvrirez alors d’autres joies à faire du vélo : rapidité, liberté, santé, économie, grand air…

Share

26 juin : « Caravélo » prend le large !

Le samedi 26 juin à 10 h, Mâcon Vélo en Ville inaugure « Caravélo », sa flotte de vélos-cargos, sur l’esplanade Lamartine à Mâcon. Trois beaux engins ouverts à la location, pour que nos adhérents puissent partir à la découverte d’un nouveau monde de sensations et de liberté.

Ce sont trois fringants véhicules que vous avez peut-être déjà croisés à Mâcon : deux triporteurs et un biporteur, qui sont proposés à la location aux adhérents de Mâcon Vélo en Ville . L’objectif ? Se familiariser avec la conduite de ces engins et les tester dans les déplacements quotidiens (courses, transport des enfants, …), avant peut-être d’en faire l’acquisition.

Un vélo cargo, c’est un vélo qui vous permet de transporter des charges plus importantes qu’un vélo classique, et notamment des enfants. Ceux choisis par notre équipe technique, qui a phosphoré dur sur le sujet, ont une caisse fixe à l’avant du vélo, avec un équipement pour assujettir le chargement (potentiellement remuant 😉 ), et sont à assistance électrique.

Nous avons décidé de baptiser notre flotte de vélos-cargos « Caravélo », pour évoquer la conquête de nouveaux espaces (urbains), la liberté et l’aventure, et puis le petit vent permanent dans le dos procuré par la motorisation électrique !

Ce bel ensemble, acquis grâce à l’aide financière de la fondation MACIF et de la Ville de Mâcon, méritait bien un accueil solennel : c’est l’objet de l’inauguration du samedi 26 juin, à 10 heures sur l’esplanade Lamartine à Mâcon, en présence des élus de la Ville et de la communauté d’agglomération, et des représentants de la Fondation Macif.

Les adhérents sont conviés à cette manifestation pour fêter et applaudir (dans le respect des gestes barrières, et toujours, hélas, sans possibilité de vous offrir le verre de l’amitié…) ce nouvel élan donné à la mobilité vélo dans notre agglomération.

Nous vous attendons nombreux !

Share

Vélorution #8, les élus étaient au rendez-vous

Samedi 8 mai,une centaine de cyclistes ont répondu à l’invitation de notre association à l’occasion de l’opération nationale «Mai à Vélo».
Belle déambulation, festive et familiale, par une journée ensoleillée où le tout voiture habituel avait laissé respirer la ville et s’égayer les cyclistes urbains.
La vélorution est bien sûr, aussi, l’occasion de rappeler nos difficultés au quotidien pour circuler en ville et d’interpeller et sensibiliser les élus locaux.

Au départ de Saint-Laurent, Jacques Doussot, maire et vice-président de MBA avait répondu à notre invitation. L’annonce de la création de parkings, la mise en place de navettes et la mise à disposition de vélos pour décharger le trafic du pont Saint-Laurent répondra bientôt aux préoccupations de MV2. Notre proposition pour sécuriser la traversée de ce pont  à vélo  par un dispositif de type vélo-rue (1) adapté va dans ce sens et devrait être entendue.

Reliant cette fois l’agglomération d’Est en Ouest, l’itinéraire n’avait pas été choisi par hasard. Il fait partie des propositions discutées avec les villes de Mâcon et Charnay. Il s’agit d’itinéraires à sécuriser et à rendre plus fluides par des améliorations de voirie, assurant ainsi la continuité de tronçons existants. La mairie de Mâcon était représentée par Yves Dupuis, adjoint chargé de la voirie et des réseaux, de l’organisation des déplacements  et conseiller communautaire, qui, joignant l’utile à l’agréable, avait délaissé sa pratique habituelle de cyclo-sportif pour nous faire l’honneur de parcourir et découvrir ensemble cet itinéraire structurant.

Après une traversée des rues apaisées du centre-ville, la vélorution a emprunté le Vallon des Rigolettes et utilisé la voirie de Mâcon-Habitat. Puis, par les rues de la grange saint Pierre et des petits champs, elle a rejoint la mairie de Charnay où elle fut accueillie par Christine Robin, maire et vice- présidente de MBA. Pendant cette longue pause bien méritée, les participants en profitant pour se désaltérer, les représentants de l’association ont pu échanger avec l’élue, de manière franche et directe, sans forcément trouver de terrain d’entente, sur les questions du partage de la rue par ses différents usagers, des enjeux du report modal et des arbitrages délicats, mais nécessaires, qui s’imposent aux maires en la matière.

Le retour, fut plus rapide et facilité par un trafic automobile anémique laissant à penser que Mâconnais et Charnaysiens avaient décidé de goûter à une ville rendue à ses habitants, à pied, ou peut-être à vélo aussi.

La vélorution s’est terminée sur l’esplanade Lamartine où les cyclistes se sont rassemblés pour une belle photo de groupe.

(1) vélo-rue : « il s’agit, dans une rue où la vitesse est modérée, de donner une priorité relative aux cyclistes sur le trafic motorisé. Ainsi, le cycliste se positionne au milieu de la voie et la voiture reste derrière le cycliste. Pour cela, la position du cycliste est matérialisée au milieu de la chaussée à l’aide d’un marquage spécifique constitué de la figurine vélo et d’un double chevron » (définition du Cerema, voir aussi cet article du blog « Isabelle et le vélo »)

Share

8 mai, vélorution #8 : En mai, à vélo, fais ce qu’il te plaît…

Le 8 mai, Mâcon Vélo en Ville organisera sa 8ème vélorution à l’occasion de Mai à vélo, une démarche fédératrice et festive qui a vocation à rassembler autour du vélo, initiée par les Ministères de la Transition écologique et des Sports et dix institutions nationales du monde du vélo. Nous vous proposons une traversée de l’agglomération, depuis la mairie de Saint- Laurent jusqu’à à la mairie de Charnay les Mâcon, soit 2 heures à bicyclette en toute sérénité.

Par le pont Saint-Laurent, le vallon des Rigolettes, les rues de la grange Saint-Pierre et des petits champs nous rejoindrons la mairie de Charnay, Le retour se fera par la rue Rambuteau, la gare et Saint Clément pour terminer la déambulation esplanade Lamartine.

Après plusieurs vélorutions Nord-Sud pour sensibiliser les élus et les usagers aux difficultés rencontrées par les cyclistes pour traverser Mâcon, cette fois, nous changeons de braquet pour relier la rive gauche de la Sâone à la sortie de Charnay, Pour ceux qui craindraient le dénivelé, celui-ci n’excède pas 3% sur les 500 mètres entre la Saône au square de la Paix,

Ce choix est guidé par notre volonté de rechercher avec les collectivités des itinéraires pratiques, rapides et sécurisés.

On doit pouvoir se rendre facilement de tout point de l’agglomération à un autre que ce soit pour les trajets domicile-travail, conduire nos enfants à l’école ou pour les usages domestiques et quotidiens. Et ceci dans des conditions paisibles et sûres.

Cette manifestation festive est déclarée à la préfecture et sera sécurisée par la police nationale assistée des membres de Mâcon Vélo en Ville, Les enfants accompagnés seront les bienvenus, mais casqués.

Vous serez invités à prévoir un masque et respecter les gestes barrières.

Vous pouvez télécharger ici l’affiche créée par Cédric.

Share

24 avril : Nos adhérents sont invités à tester les vélos-cargos

Mâcon Vélo en Ville a acheté avec le soutien de la Fondation MACIF un biporteur et un triporteur à assistance électrique, afin de les proposer à la location à nos adhérents.

Au mois d’octobre dernier, nous avions lancé un questionnaire en ligne concernant ce projet, recueillant une soixantaine de réponses et confirmant l’intérêt de ce projet.

Nous sommes désormais prêts à démarrer la location ! Mais avant le lancement officiel de ce nouveau service, nous proposons aux adhérents qui le souhaitent de venir tester les vélos le samedi 24 avril matin, sur le parking de la Cité de l’entreprise, afin de manœuvrer en toute tranquillité, avec les conseils de nos bénévoles testeurs!

Nous vous proposons 3 créneaux, 9h, 10h et 11h. Vous pouvez vous inscrire en remplissant le sondage ici : https://framadate.org/fh2JihphQubutSjN

Nous limitons chaque créneau à 6 personnes, pour des raisons sanitaires et pour avoir suffisamment de temps pour conduire les vélos. Merci de votre compréhension! Si vous êtes trop nombreux, nous verrons pour vous proposer une autre date. Si vous êtes intéressé mais pas disponible le 24 avril, contactez-nous pour en discuter (contact@maconvelo.fr) !

La commission vélos-cargos de Mâcon Vélo en Ville

Share

Poisson d’avril ou ballon d’essai ?

Avec plus de 5600 personnes touchées sur Facebook, le poisson d’avril de Mâcon Vélo en Ville a fait le buzz. Pour rappel, il annonçait la fermeture du pont Saint-Laurent à la circulation automobile les dimanches, une information suffisamment plausible pour être crue… un bref instant.

C’est précisément la crédibilité de l’article qui interroge. Réserver le pont qui relie deux communes de notre agglomération à la circulation des piétons, des vélos et des transports en commun n’a rien d’utopique en effet.

C’est d’ailleurs ce qu’on dit en souriant à notre poisson des élu.e.s de la commission « mobilités durables et enjeux climatiques » de Mâcon-Beaujolais Agglomération.

La décision prise en 2018 par les élus de tous bords de Bordeaux Métropole de fermer définitivement, après expérimentation, la circulation automobile sur l’historique pont de Pierre a acquis la force d’une évidence et a valeur d’exemple.

Cet exemple doit nous inciter à proposer semblable mesure dans notre plan vélo pour Mâcon et son agglomération tout comme il devrait inciter nos élus à examiner avec intérêt une telle proposition.

L’accueil très positif réservé à notre article de 1er avril, lequel a fonctionné comme un véritable ballon d’essai même si cela n’était pas sa destination première, doit lui aussi tous nous encourager.

Alors, un jour prochain peut-être, pour paraphraser un élu bordelais, « le promeneur entendra couler la Saône » en traversant un pont Saint-Laurent libéré des voitures.

Share

Des casques vélo enfant pour l’école Chagall

Chers amis cyclistes,

Vos enfants ont grandi, et vous avez des casques vélo enfant inutilisés ? S’ils sont en bon état, ils peuvent servir aux enfants de l’école maternelle Chagall aux Blanchettes, à qui M2V va fournir de petits vélos réparés au sein de notre atelier participatif. Les tailles visées sont celles des enfants de 3 à 6 ans (de 45 à 55 cm environ).

Vous pouvez les déposer à l’atelier (67/69, avenue Édouard-Herriot à Mâcon) en téléphonant à l’avance à Olivier (06 41 95 90 57).

Merci d’avance pour votre contribution !

Share