Vélorution #8, les élus étaient au rendez-vous

Samedi 8 mai,une centaine de cyclistes ont répondu à l’invitation de notre association à l’occasion de l’opération nationale «Mai à Vélo».
Belle déambulation, festive et familiale, par une journée ensoleillée où le tout voiture habituel avait laissé respirer la ville et s’égayer les cyclistes urbains.
La vélorution est bien sûr, aussi, l’occasion de rappeler nos difficultés au quotidien pour circuler en ville et d’interpeller et sensibiliser les élus locaux.

Au départ de Saint-Laurent, Jacques Doussot, maire et vice-président de MBA avait répondu à notre invitation. L’annonce de la création de parkings, la mise en place de navettes et la mise à disposition de vélos pour décharger le trafic du pont Saint-Laurent répondra bientôt aux préoccupations de MV2. Notre proposition pour sécuriser la traversée de ce pont  à vélo  par un dispositif de type vélo-rue (1) adapté va dans ce sens et devrait être entendue.

Reliant cette fois l’agglomération d’Est en Ouest, l’itinéraire n’avait pas été choisi par hasard. Il fait partie des propositions discutées avec les villes de Mâcon et Charnay. Il s’agit d’itinéraires à sécuriser et à rendre plus fluides par des améliorations de voirie, assurant ainsi la continuité de tronçons existants. La mairie de Mâcon était représentée par Yves Dupuis, adjoint chargé de la voirie et des réseaux, de l’organisation des déplacements  et conseiller communautaire, qui, joignant l’utile à l’agréable, avait délaissé sa pratique habituelle de cyclo-sportif pour nous faire l’honneur de parcourir et découvrir ensemble cet itinéraire structurant.

Après une traversée des rues apaisées du centre-ville, la vélorution a emprunté le Vallon des Rigolettes et utilisé la voirie de Mâcon-Habitat. Puis, par les rues de la grange saint Pierre et des petits champs, elle a rejoint la mairie de Charnay où elle fut accueillie par Christine Robin, maire et vice- présidente de MBA. Pendant cette longue pause bien méritée, les participants en profitant pour se désaltérer, les représentants de l’association ont pu échanger avec l’élue, de manière franche et directe, sans forcément trouver de terrain d’entente, sur les questions du partage de la rue par ses différents usagers, des enjeux du report modal et des arbitrages délicats, mais nécessaires, qui s’imposent aux maires en la matière.

Le retour, fut plus rapide et facilité par un trafic automobile anémique laissant à penser que Mâconnais et Charnaysiens avaient décidé de goûter à une ville rendue à ses habitants, à pied, ou peut-être à vélo aussi.

La vélorution s’est terminée sur l’esplanade Lamartine où les cyclistes se sont rassemblés pour une belle photo de groupe.

(1) vélo-rue : « il s’agit, dans une rue où la vitesse est modérée, de donner une priorité relative aux cyclistes sur le trafic motorisé. Ainsi, le cycliste se positionne au milieu de la voie et la voiture reste derrière le cycliste. Pour cela, la position du cycliste est matérialisée au milieu de la chaussée à l’aide d’un marquage spécifique constitué de la figurine vélo et d’un double chevron » (définition du Cerema, voir aussi cet article du blog « Isabelle et le vélo »)

Share