Tous les articles par Valérie

« Que 2020 soit une année faste pour le vélo dans notre belle agglomération mâconnaise ! »

Chers amis cyclistes et futurs cyclistes,
l’ensemble des bénévoles et moi-même vous adressons nos meilleurs vœux pour la nouvelle année. Que la pratique du vélo au quotidien vous permette de rester en bonne santé, et vous donne l’occasion de nouvelles découvertes et rencontres ! Que 2020 soit une année faste pour le vélo dans notre belle agglomération mâconnaise !
Cette année 2020 marque pour moi un tournant puisque je vais laisser la présidence entre de nouvelles mains qui, je le sais, sauront poursuivre le travail accompli mais aussi insuffler une nouvelle vitalité à l’association. Mes vœux vont donc aussi à toutes celles et ceux qui sont engagé.es dans la vie de Mâcon Vélo en Ville et qui contribuent, à travers une grande variété d’actions, à transformer peu à peu notre ville en un territoire accueillant aux mobilités douces, à aider à la prise de conscience par nos élus des enjeux et à faire de nos concitoyens des acteurs de ce changement.
Bonne et heureuse année 2020 !
Valérie Delhomme, présidente de Mâcon Vélo en Ville

Share

Le vélo et ses territoires

Mâcon Vélo en Ville a participé avec Mines de rayons, association qui milite pour l’usage du vélo au quotidien sur le territoire de la communauté urbaine du Creusot-Montceau, au Forum de la Mobilité organisé à Cluny le mardi 17 octobre par la DDT (direction départementale des territoires) de Saône et Loire. L’opportunité de discuter avec les élus et techniciens du monde rural des enjeux des mobilités actives.

À l’encontre d’idées reçues, le vélo est bel et bien considéré comme un mode de déplacement à prendre en compte dans le monde rural, même si le covoiturage et le transport collectif (autocars et trains) y sont prééminents.
Tous ont conscience de l’importance d’améliorer l’intermodalité et d’offrir des modes de transports adaptés à chaque usage. Le vélo a donc toute sa place et beaucoup d’élus ont évoqué le rôle des voies vertes et bleues comme pouvant aider à structurer leur réseau cyclable.
Les participants ont beaucoup insisté sur la nécessite de relocaliser au plus près des habitants les services, et l’emploi pour diminuer le nombre de déplacements contraints et augmenter l’usage de la marche à pied et du vélo. Revitaliser les communes rurales, limiter les flux polluants et pendulaires qui affectent les petites villes comme Cluny ( turn over de plus de 2000 personnes tous les matins et tous les soirs sur la commune). Des solutions de nature financière en particulier ont été présentées par la DDT, le CEREMA (centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) …
Tous enfin ont regretté l’absence de la région à ce forum alors que celle-ci est au cœur des enjeux ( politique TER en particulier) et sera AOM (autorité d’organisation des mobilités) dans le cadre de la Loi LOM si les intercommunalités ne se saisissent pas de cette compétence.
Vous trouverez plus d’informations ici.

Share

vélorution #6 :
Mâcon, ville cyclable en 2020 ?

C’est de la gare de Mâcon Ville que notre vélorution d’automne a pris son départ, vendredi dernier 20 septembre. Un lieu choisi pour exprimer nos griefs à l’encontre d’une SNCF aussi inaccessible que les quais de sa gare. Cette sixième édition visait également à démontrer une fois de plus ce que pourraient et devraient être l’agrément et l’utilité à Mâcon du vélo en ville.

Après la « manif » à la gare (voir notre article), une bien belle équipe de plus de cinquante cyclistes de tous âges a déambulé en centre-ville puis sur les quais. Les enfants, en tête, s’en sont donnés à cœur joie, et tous, nous étions heureux d’avoir enfin toute notre place dans la rue.

Le circuit choisi a été pour nous l’occasion de mettre en avant la nécessité d’aménager les rues de l’Héritan et de Flacé, artères centrales de la jonction Est-Ouest, distribuant lycées et collèges. L’opportunité aussi de démontrer que la ville de Mâcon est tout à fait dimensionnée pour une circulation à vélo. Se déplacer à bicyclette contribue à pacifier et rendre agréable la ville. Reste que seule une décision politique forte, à savoir le refus du tout voiture, est à même de rééquilibrer les modes de transport et de faire de Mâcon une ville cyclable digne de ce nom.

En attendant ne manquez pas de vous exprimer sur la « cyclabilité » de Mâcon, au moyen notamment de l’enquête en ligne de la FUB : barometre.parlons-velo.fr.

Share

accès en gare de Mâcon Ville :
Quand SNCF et région ne pipent mot …

Vendredi 20 septembre, les cyclistes au quotidien se sont retrouvés nombreux à la gare de Mâcon Ville pour témoigner, avec le « Collectif 71 accessibilité pour tous », des difficultés qu’ils rencontrent pour accéder aux quais, puis aux trains, comme les personnes en situation de handicap, les personnes âgées, les parents avec poussette, etc. Les interlocuteurs attendus (SNCF, Région Bourgogne-Franche-Comté) étaient hélas aux abonnés absents.

Mâcon Ville est une gare d’envergure nationale et pourtant la SNCF et la région Bourgogne Franche Comté repoussent sans arrêt les aménagements indispensables. On nous parle de 2024 désormais.

Plus de 350 signatures ont été recueillies pour la pétition portée par Mâcon Vélo en Ville avec l’AMI, l’APF, l’YMA, la LSR, CGT Retraités… Elle sera envoyée au Conseil régional ainsi qu’à SNCF Réseau.

Chalon sur Saône, Tournus et le Creusot-Montchanin étaient aussi dans l’action en même temps qu’à Mâcon. A Chalon, Michel Neugnot, vice-président de la région Bourgogne-Franche-Comté ainsi qu’un représentant de la SNCF étaient présents.
Nous déplorons qu’à Mâcon aucun de nos élus au conseil régional ne soient venus nous rencontrer. À l’image de la SNCF dont aucun représentant aux plans régional et local ne s’est montré alors que la manifestation avait été annoncée de longue date. Seuls Jean-Patrick Courtois, maire de Mâcon et des élus municipaux sont venus nous soutenir et signer la pétition.

Share

6ème Vélorution : Attention au départ !

La 6ème édition de la Vélorution (affiche) partira cette fois de la gare SNCF de Mâcon Ville, le vendredi 20 septembre à 18 h 00. Il s’agit pour Mâcon Vélo en Ville, associée à un collectif d’usagers, de montrer à la SNCF, aux élus du Conseil Régional, de la mairie et de l’agglomération MBA, notre colère face à l’éternel report des travaux devant permettre une accessibilité pour tous aux quais et aux trains.

À Mâcon Ville, gare d’envergure nationale très fréquentée, les personnes à mobilité réduite sont encore obligées de prévenir quarante-huit heures à l’avance pour que les agents de la SNCF puissent ouvrir les voies et permettre l’accès aux quais.

Les cyclistes du quotidien, très nombreux aux heures de pointe, sont obligés de porter leur vélo dans les escaliers. Que dire des cyclotouristes qui galèrent avec bagages et enfants dans les mêmes escaliers alors même que la région et la communauté de commune veut promouvoir le tourisme cyclable.

Monter dans les trains relèvent encore de l’exploit lorsqu’on est une personne âgée, ou chargée, avec poussette, vélo…


C’est ainsi qu’au sein du collectif Accessibilité 71, Mâcon Vélo est partie prenante d’une action coordonnée, ce 20 septembre, dans quatre gares du département : Chalon, Tournus , Le Creusot TGV et Mâcon.

Lire la suite
Share

congrès FUB #2 : Un urbanisme cyclable

Après la table ronde d’ouverture, la journée d’étude du 10 mai s’est poursuivie avec, au menu, trois sessions thématiques. J’ai choisi la session 1 : « Urbanisme cyclable : comment concevoir la ville pour le vélo ? » à laquelle participaient Charlotte Guth, cheffe de la Mission aménagements cyclables à la Direction de la voirie et des déplacements, Ville de Paris, Clotilde Imbert, directrice, Copenhagenize France et Sébastien Torro-Tokodi, responsable du suivi des politiques cyclables, ADAV Nord-Pas-de-Calais.

Cette session a permis de montrer que le coût d’une infrastructure cyclable est faible et vite amorti (5 ans) et qu’il est important de s’appuyer sur l’expertise des usagers pour faire de bons aménagements. C’est ainsi qu’à Paris, Charlotte Guth s’appuie désormais sur le ressenti des cyclistes parisiens car elle s’est rendu compte que certains aménagements n’étaient pas empruntés alors qu’ils avaient coûté à la collectivité… : les cyclistes parisiens par exemple n’apprécient pas du tout les couloirs de bus en tant que voie cyclable et les pistes mélangeant vélos et piétons. De même qu’ils trouvent que les couleurs pour identifier les pistes sont une bonne chose mais rejettent les bordures basses.

Lire la suite
Share

congrès FUB #1 : Table ronde d’ouverture

Après les allocutions de bienvenue de Stéphane Le Foll, maire du Mans, président de Le Mans Métropole, cycliste qui plus est, et d’Olivier Schneider, président de la FUB, Christelle Morançais, présidente de la région, est intervenue. Il apparaît que Pays de la Loire a une politique bien plus favorable au vélo que Bourgogne-Franche-Comté ! En effet, la région a mis en service des rames Regio 2N V200 « configuration Jumbo Vélo » qui peuvent accueillir 83 vélos et 834 voyageurs par train ; elle accompagne, par ailleurs, l’acquisition de vélos pliables à hauteur de 50 %. Par ailleurs, la région Pays de la Loire a souhaité développer des actions éducatives auprès des lycéens pour contribuer à « rendre le vélo tendance ». Un bel objectif !

Les travaux ont débuté sitôt après, avec la première table ronde qui réunissait Barbara Pompili, députée de la Somme, présidente de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, Pierre Hémon, vice-président de Vélos et Territoires, Frédéric Héran, économiste, urbaniste, maître de conférences à l’Université de Lille 1, Roch Brancour, vice-président de la région en charge des transports et Rémy Batiot, délégué aux mobilités de Le Mans Métropole.

Ils ont tous souligné l’importance de créer une culture vélo. La loi LOM suscite beaucoup d’espoirs mais l’enjeu du respect de la loi a été mis en avant comme gage de réussite.
Frédéric Héran, qui a forgé le concept de vélonomie pour désigner l’autonomie que procure le vélo, a décrit les cercles vertueux qui devraient permettre de faire advenir un véritable système vélo :

Lire la suite
Share

Après le 19 ème Congrès de la FUB, au Mans

Cette année, c’est l’association Cyclamaine qui recevait, au Mans, le Congrès annuel de la FUB, du 10 au 12 mai. J’ai eu la chance de représenter Mâcon Vélo en Ville à ce moment très riche de la vie associative.
Nous étions 400 participants à la journée d’étude du 10 mai (centrée cette année sur le Plan Vélo et sa mise en œuvre) durant laquelle des tables rondes réunissant des élus, des professionnels et le monde associatif, mais aussi des échanges plus informels, m’ont permis de glaner de très nombreuses idées pour développer le vélo au quotidien. Si bien sûr nous devons rester vigilants et plus que jamais militants, il y a un vent d’espoir qui souffle, un vent favorable au développement des mobilités actives en France. Et des rencontres comme celle-ci nous permettent de mesurer ensemble le chemin parcouru et de nous projeter sur ce que nous pouvons faire pour que ce chemin cyclable devienne un réseau irriguant les territoires. L’après-midi des ateliers participatifs nous ont donné encore davantage l’occasion de discuter entre associations et de nous enrichir les uns et les autres de nos expériences, succès et difficultés. Et comme le vélo rime avec le plaisir, nous avons clôt l’après-midi par une découverte du Vieux Mans en vélo et à pied surtout (la vieille ville sur son éperon est entièrement pavée) puis par une soirée en musique et en rillettes.
Le 11 mai, pour l’assemblée générale de la FUB, nous étions encore 150 et c’est dans une ambiance conviviale et chaleureuse que les administrateurs et les salariés porteurs des différentes thématiques nous ont présenté un bilan de leurs actions et des perspectives d’avenir.
Pour plus de détails, je reviendrai dans des articles du blog sur des points forts des deux journées auxquelles j’ai participé.

Valérie Delhomme, présidente de m2v

Share

Les députés et le vélo, suite

La loi d’orientation des mobilités (LOM) après avoir été discutée au Sénat est débattue à l’Assemblée Nationale en ce moment même pour examen en session plénière à partir du 3 juin. Elle doit constituer un formidable levier pour le développement des mobilités actives (marche et vélo). La FUB (fédération des usagers de la bicyclette) a porté près de 300 amendements, dont certains déjà repris par les sénateurs, pour y inscrire davantage encore la place du vélo (voir ici le communiqué de presse de la FUB).
Aux députés maintenant d’agir et d’améliorer encore la loi pour une politique volontariste en faveur des mobilités actives, à eux d’être à la hauteur de ses enjeux Vélo, résumés et mis en images par la FUB (voir article ici).
Nous réinvitons chacun d’entre vous à interpeler vos députés sur tous ces enjeux cruciaux, en leur écrivant en utilisant, par exemple, comme nous l’avions suggéré, le canal du réseau action climat. C’est dans cet esprit d’expression de nos convictions et de sensibilisation des élus que M2V a rencontré la semaine dernière Hélène Ricard, l’attachée parlementaire du député de Mâcon, Benjamin Dirx.

Share

Un abri sécurisé pour les vélos en gare

Sans fanfare, le conseil régional de Mâcon a enfin installé un abri à vélos sécurisé en gare de Mâcon Ville. Il ne faudrait pas qu’il reste confidentiel, ce qui est largement le cas pour l’instant ; j’étais bien seule ce jeudi dans ce garage de 29 places (6 personnes se seraient déjà abonnées).  Il faut dire qu’il est situé au bout du bâtiment principal de la gare, pas très visible, surtout en tant que garage à vélos.

Mais ne boudons pas notre satisfaction ! Nous avons enfin un stationnement sécurisé, ouvert à tous les usagers de la gare et il n’est pas du tout nécessaire d’avoir un abonnement de train pour y garer son vélo. Si vous en faites un usage occasionnel, il vous en coûtera 1 euro pour 24h.  Mais sinon, il est intéressant de prendre un abonnement au mois (6 euros dont 5 euros de carte et ensuite 1 euro/mois) ou à l’année (15 euros dont 5 euros de carte)

Comment faire ? Il suffit d’aller sur le site Internet MOBIGO : abrisvelos.viamobigo.fr, de créer un compte, de choisir une formule. Et hop c’est parti !

Si vous êtes un utilisateur occasionnel, vous devrez imprimer ou mettre sur votre téléphone portable un QR Code qui vous permettra d’activer l’ouverture de la porte.

Et ça marche ! Il faut prévoir un cadenas pour attacher son vélo.

Bon à savoir aussi : à côté de l’abri, quelques arceaux ont été aussi installés sous un auvent. Seul défaut, ils sont un peu loin et surtout à l’abri des regards :  des voleurs ou pour les voleurs ? En tout cas, ils sont vides alors que beaucoup de vélos sont stationnés près de l’entrée de la gare de manière peu sécurisée et peu réglementaire.

Il nous faudra encore militer pour des arceaux devant la gare !

Share