Formation & représentation des cyclistes utilitaires

valerie

Une nouvelle session de vélo-école à partir du 17 septembre

La session d’automne de la vélo école  aura lieu du 17 septembre  au 5 novembre 2022, tous les samedis matin de 10h à 11h30. Rendez vous au local de M2v au 67/69 avenue E. Herriot, à Mâcon pour apprendre à faire du vélo ou acquérir de l’assurance pour circuler en ville.

L’ensemble des 8 séances d’1h30 a un coût de 40.00 euros qui comprend l’adhésion à l’association, l’assurance, le prêt de  gilet, casque, et  vélo si nécessaire . Mais pour que tous puissent accéder à cette formation, nous avons décidé que les participants pouvaient verser entre 10.00 euros (prix minimum qui permet d’assurer l’apprenant) et 40.00 euros.

Les 6 bénévoles qui vous encadreront ont pour 5 d’entre eux une formation IMV (Initiateur mobilité vélo) et s’adapteront au profil et  aux demandes de chaque apprenant. Ils mettront leur bonne humeur et leur savoir-faire au service de l’apprentissage des techniques de bases de l’équilibre et de la maîtrise du vélo. Puis ils feront pratiquer des exercices progressifs et adaptés en zone sécurisée (le parc des allumettes ou de la cité de l’entreprise). Enfin des sorties en ville accompagnées auront lieu en fonction du niveau atteint par les participants.

Pour cette session, nous proposons aussi d’accueillir des enfants accompagnés d’au moins un de leurs parents. La pédagogie sera adaptée.

Pour vous renseigner ou vous inscrire, contacter M2v via son site : www.maconvelo.fr ou son adresse mail : , ou encore en laissant un message sur son téléphone : 07.57.18.01.38

Alexis, Emilie, Laurence, Martin, Nadine et Valérie

 

 

Par |03/09/2022|Actions|

Un podcast à réécouter : la tête et le guidon

Cet été dans le cadre du zoom de la rédaction, tous les matins, France inter a proposé une émission, « la tête et le guidon » sur la « révolution du vélo ». 5 minutes pour 5 émissions traitant des multiples formes prises par cette révolution : vélotaffeur à la campagne, cyclotourisme dans le Morvan, vélo et handicap… Elles donnent à voir la naissance d’un nouvel éco-système, l’espoir d’une nouvelle mobilité. L’épisode « les chauffards à vélo, faut-il éduquer les cyclistes ? » qui pourrait au 1er abord nous sembler flirter de nouveau avec les poncifs du genre : le vélo c’est dangereux, les cyclistes se croient tout permis…, se révèle finalement particulièrement intéressant car beaucoup plus nuancé que le titre ne pourrait le suggérer. Il témoigne de la nécessité de mettre en place des infrastructures permettant à tous les usagers de la route d’être en sécurité : beaucoup d’infractions sont commises par peur d’être sur la route confronté aux automobilistes. Il remet aussi quelques pendules à l’heure : les piétons sont malheureusement très majoritairement victimes des automobiles et non des vélos.

Alors n’hésitez pas à réécouter « la tête et le guidon » : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/serie-la-tete-et-le-guidon

V. Delhomme

 

Par |10/08/2022|Mobilités|

Une première à Mâcon : Expérimentation d’un double-sens cyclable

Pendant les périodes de confinement, de nombreuses villes françaises se sont emparées de l’urbanisme transitoire pour expérimenter un réaménagement des espaces publics : places de stationnement transformées en terrasses, pistes cyclables sur de grands axes… L’idée est de tester en situation réelle un nouvel usage de l’espace urbain afin d’analyser ses impacts avant de pérenniser ou non l’aménagement mis en place.

Mâcon vélo en ville avait à l’époque milité pour qu’une voie de l’ex N6 soit ainsi dévolue aux cyclistes, malheureusement sans résultat. Mais l’idée de cet urbanisme tactique a fait son chemin. Et aujourd’hui la mairie a accepté, dans le cadre des travaux de la rue Lacretelle, d’expérimenter entre le 18 juillet et le 31 août un aménagement cyclable en centre-ville.

Le double-sens de la rue Lacretelle sur sa portion basse (entre la rue des charmilles et la rue Victor Hugo) est un aménagement stratégique pour accéder à la gare depuis le sud-ouest de l’agglomération (quartiers des rues des charmilles, J. Dagnaud, de Bioux).

Concrètement, pour réaliser ce double-sens, la place PMR est déplacée en face. La place de livraison du tabac à l’angle des rues Lacretelle et V. Hugo est maintenue et lors des livraisons, les cyclistes ont l’autorisation d’emprunter le trottoir.

L’enjeu est de taille. Il s’agit, au-delà du tronçon en question, de montrer à la municipalité qu’une politique basée sur des pratiques d’urbanisme transitoire est porteuse de sens. Elle permet de se référer à une expertise d’usage par tous les acteurs en situation réelle et non pas seulement à des réflexions théoriques a priori. L’objectif est donc d’aboutir à la mise en place de manière pérenne de l’aménagement le plus adéquat.

Nous invitons donc tous les cyclistes à emprunter au maximum cet itinéraire à vélo sur le temps de l’expérimentation ( 18.07/31.08) et à nous faire des retours d’expériences via pour que nous puissions les transmettre aux services de Mâcon et ainsi envisager soit la pérennisation en l’état, soit la modification soit même l’abandon de cet aménagement s’il ne donnait pas satisfaction.

 

Par |20/07/2022|Aménagements cyclables, Une|

Charnay, un « Cotech vélo » prometteur

C’est la troisième fois que Mâcon Vélo en Ville rencontre les élus et services techniques de Charnay-lès-Mâcon pour parler vélo et mobilité active. Et une prochaine réunion est prévue en mars 2022. À l’image de ce que nous faisons depuis quelques années déjà à Mâcon, nous inaugurons donc un « comité technique vélo » qui, nous l’espérons, fera progresser la mobilité cycliste.

Charnay vient de franchir la barre des 50 réponses : un clic pour participer vous aussi à l’enquête !

Avec Patrick Buhot, adjoint à l’urbanisme et aux infrastructures, et le directeur des services techniques, Patrick Gabriel, nous sommes revenus sur des propositions faites lors de la précédente réunion concernant le secteur « rue de petits champs / rue A. Paré ». Nous devrions avoir une accessibilité facilitée à la piste « voie verte » de la rue Ambroise Paré en venant la rue de la Grange St Pierre et en allant vers la rue des petits champs d’ici le printemps. C’est prévu au budget 2022. Le panneau « sauf cycle » aurait déjà dû être apposé sous le sens interdit rue des petits champs côté barreau Rambuteau, les services sont avertis.  Nous avons attiré l’attention sur le fait que l’aménagement de tout ce secteur devait donner lieu à une concertation globale avec tous les acteurs et usagers. Patrick Buhot a annoncé la tenue d’une réunion publique le 22 novembre à 18 h 30 à la Verchère sur le sujet et nous y a invités.

D’ici le printemps, le cheminement doux reliant la Nouvelle Coupée à la place Abbé Ferret sera également opérationnel.

Les travaux route de Davayé avancent bien et la MBA devrait acter la liaison voie verte/rond-point de l’avion. La mairie de Charnay a demandé à l’EPCI de lui proposer des scénarios pour le réaménagement de la partie de la route de Davayé entre le rond-point de Phlorus et la rue de la résistance qui est sous gestion départementale et qui doit être refaite à terme. C’est une bonne chose puisque nous dénonçons depuis son aménagement la dangerosité du trottoir partagé de cette rue. Plus généralement, dès que MBA aura acté le schéma des mobilités, la ville de Charnay travaillera à le décliner à l’échelle communale.

Nous avons aussi abordé l’article du bulletin municipal qui avait suscité à juste titre un grand mécontentement dans l’association. Nous avons rappelé que si l’enjeu était de développer l’usage du vélo, cet article pouvait être contre-productif. Patrick Buhot nous a assuré que celui-ci faisait partie d’une politique de communication plus large visant à faire de la prévention contre les comportements incivils et que l’automobile aurait droit prochainement aussi à sa double page. Ce ne sera pas dans le prochain bulletin qui est déjà finalisé, dommage ! Mais nous serons attentifs à ce que l’information sur les devoirs des automobilistes face aux piétons et aux cyclistes soit bien relayée !

Patrick Buhot a terminé en se disant tout à fait favorable à relayer l’opération « baromètre des villes cyclables » sur le site de la mairie et sur facebook, cet outil pouvant permettre aux élus de mieux comprendre la pratique du vélo sur leur commune et ses enjeux. La barre des 50 réponses, qualificative pour que Charnay soit prise en compte dans la publication de l’enquête, vient d’être franchie alors qu’il reste encore un mois pour faire encore grimper le baromètre. Un simple clic sur le lien parlons-velo.fr et le tour est joué !

Par |29/10/2021|Non classé|

atelier : Les cycles des affaires

Pour profiter des beaux jours de l’automne et sillonner à bicyclette les rues de Mâcon, les voies vertes ou bleues, les chemins vicinaux, passez au local de Mâcon Vélo en Ville et faites réviser votre vélo ou achetez en un.

Depuis que Mâcon Vélo en Ville a ouvert son atelier d’auto-réparation en 2017 au 67 – 69 avenue Edouard-Herriot, l’association vous prête main forte et conseils pour réparer votre monture. Elle dispose de pièces d’usure neuves mais aussi de nombreuses pièces d’occasion récupérées sur de vieux vélos qui n’étaient plus aptes à la circulation. Avec la rupture de stocks et d’approvisionnement que connaissent aujourd’hui les vélocistes, c’est bon à savoir.

Les vélos que nous récupérons proviennent essentiellement de particuliers qui n’en ont plus l’usage et qui préfèrent nous les apporter que les jeter. Si certains se transforment en pièces détachées, la plupart sont réparés par les bénévoles de l’atelier (avis aux amateurs, qui seront toujours très bien accueillis) et revendus à des prix modiques. Nous participons ainsi de l’économie circulaire en évitant qu’un beau vélo qui a encore de longues années de vie devant lui ne devienne un déchet et qu’il puisse au contraire rendre encore service et procurer de la joie à son nouveau propriétaire.

Alors n’hésitez plus, passez au local le mercredi ou le samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h et faites-vous plaisir : vélos de course, vélo vintage, vélo femme ou homme, vous devriez trouver la bécane qu’il vous faut.

Par |28/10/2021|Non classé|

Charnay et les cyclistes, l’amour vache…

Qu’on se le dise, le cycliste est en danger, le cycliste met en danger ! Et qui fait mine d’aimer bien, châtie bien ! Une double page parue dans le dernier numéro du bulletin municipal de Charnay-les-Mâcon en dit long sur une vision dépassée et surtout erronée du cyclisme urbain que certains cultivent encore, hélas, aujourd’hui.

L’article en double page paru dans le bulletin municipal de Charnay-les-Mâcon (N°5, automne 2021, consultable ici) nous laisse un goût amer…

Certes, Mâcon Vélo en Ville est tout à fait d’accord sur le fait que les cyclistes doivent être bien équipés pour faire du vélo et qu’il y a des règles à respecter pour un partage respectueux et sécurisé de la rue.

Mais quel choc de voir que la charge est ici entièrement portée par le cycliste ! C’est au cycliste de faire attention ! C’est le cycliste qui est irrespectueux ! Finalement l’article laisse supposer que si un cycliste a un accident c’est de sa faute ! On lit qu’il nous faut tous « relever le défi collectif d’une mobilité autrement ». Comment peut-on penser qu’un tel article suscite des vocations de déplacements à vélo ?

La première page, après avoir rappelé en une ligne le bienfait pour l’environnement des déplacements à vélo, cible (via un schéma) l’équipement nécessaire pour circuler à bicyclette en tout sécurité.  C’est en effet important de préciser les équipements obligatoires et recommandés aux cyclistes pour être bien vus en particulier. M2v le fait très régulièrement. Mais c’est renvoyer aux seuls cyclistes la responsabilité d’assurer leur sécurité. Qu’en est-il de la responsabilité des collectivités territoriales ? lorsque les aménagements font défaut ou ne permettent pas d’assurer une connexion sécurisée au réseau routier, lorsque la signalisation est absente ou contradictoire ? Qu’en est-il de la responsabilité des automobilistes ?

Sur la deuxième page de l’article, une infographie de qualité, qui comporte malgré tout quelques erreurs ou imprécisions (cf encart), liste toutes les amendes que le cycliste incivil encourt. Le problème n’est pas cette information en tant que telle mais le fait qu’elle cible uniquement le cycliste qui apparaît comme un individu dangereux contrevenant régulièrement à la loi. Automobilistes et piétons en seraient les victimes. Quid des droits des cyclistes ? Quid des infractions commises par les automobilistes envers les piétons et les cyclistes ? Rien ! Le code de la route a évolué ces dernières années pour améliorer la sécurité des plus vulnérables face à la voiture : les piétons et les cyclistes. Mais aucune référence à ce sujet n’est faite dans l’article.

Mais gardons espoir ! Cet article est sans aucun doute le premier d’une série sur la mobilité. Ainsi dans le prochain bulletin municipal seront analysés, soyons-en sûrs les bienfaits du vélo et pas seulement pour l’environnement mais aussi pour la santé, le pouvoir d’achat, l’économie de proximité… De même que seront pointés les dangers que représentent l’automobile et les obligations qui lui sont faites de respecter les plus fragiles : piétons et cyclistes

Ainsi, concernant ce dernier point, serait-il opportun de rappeler au respect du code de la route les automobilistes :

  • qui ne respectent pas la distance de 1 mètre pour le dépassement (1.5m hors agglomération) ;
  • qui coupent la route des cyclistes dans les ronds-points ;
  • qui stationnent sur les trottoirs ou les pistes cyclables (135 euros d’amende) ;
  •  qui roulent sur les voies de bus ou de taxis ou les îlots directionnels ;
  • qui ouvrent leur portière sans regarder si il y a un vélo qui arrive, qui changent de file sans crier gare ni mettre leurs clignotants ;
  • qui ne respectent aucunement les limitations de vitesse (surtout D960 et axes périurbains) ;
  • qui s’agglutinent devant les collèges et les écoles le matin et le soir (en espérant pouvoir déposer leurs enfants directement dans la classe probablement) sans égard pour les enfants qui arrivent en vélo ou à pied (les téméraires!)…

Quelques correctifs ou précisions concernant l’article paru dans le bulletin municipal :

  1. Le gilet n’est obligatoire qu’hors agglomération et de nuit ou par manque de visibilité.
  2. Remonter la file à droite est toléré en cas d’arrêt prolongé et volontaire des automobiles. Il permet en outre au vélo de rejoindre le SAS cyclable au feu pour se mettre en sécurité.
  3. Bon nombre des infractions notées relèvent du code de la route qui s’applique aussi aux automobilistes.

On pourra consulter et se référer avec profit à la page du CEREMA, « Le code de la route évolue en faveur des piétons et des cyclistes », consultable ici.

Alors comme le dit la campagne vélo de la sécurité routière :  « attention à vélo » oui mais « attention aux vélos » aussi ! L’enjeu est un partage apaisé de la rue qui permettent à tous de « vivre ensemble » la ville.

Par |05/10/2021|Non classé|

Cluny, 16 juin : Vélo, le soleil brille !

Dimanche 16 juin, le soleil brille, seize adhérents de Mâcon Vélo en Ville partent de l’esplanade Lamartine ou de la gare de Charnay pour se rendre à Cluny en empruntant la voie verte. Après une belle balade de 2 h 30, ils rejoignent « La Vie Cyclette en Clunisois » qui est à l’initiative de cette rencontre entre associations de promotion du vélo au quotidien du Sud Bourgogne. « Vélo sur Saône » et « Espace PAMA » de Chalon-sur-Saône ainsi que « Mines de Rayons » de la communauté urbaine Creusot-Montceau sont aussi présentes. Notre retour sur une journée d’échanges et de rencontres particulièrement réussie.

Avant de passer aux choses sérieuses nous faisons les présentations et discutons de manière informelle autour de repas tirés du sac mais surtout des bonnes galettes salées et crêpes sucrées préparées par la crêperie mobile « Cyclo-galette » tenue par Mathieu et son aide du jour Alexis. Des Maconnais aux fourneaux ! La dégustation se passe en musique, dans une ambiance latino.

L’après-midi place au remue-méninge, décliné en cinq ateliers thématiques. Nous tournons toutes les 20 minutes et pouvons ainsi participer à trois ateliers. Le but est de partager les expériences de chacun et de discuter des sujets suivants : 
> Les messages aux politiques
> Les ateliers d’auto-réparation (côté utilisation et côté organisation)
> Les actions vers l’apprentissage du vélo 
> Les moyens d’actions vers les politiques
> Mon militantisme au quotidien

Chaque responsable d’atelier s’est ensuite fait le porte-parole des échanges auprès de l’ensemble des participants.  Petit florilège de ce qui a été dit. L’idée que « le vélo ce n’est pas que du sport, c’est du transport » est revenue à plusieurs reprises. Les ateliers « messages » et « moyens d’action » aux politiques ont retenu qu’il faut inciter la région et le département à prévoir dans leur budget une part claire et dédiée pour les mobilités actives, demander la création d’un référent au niveau départemental et agir de concert auprès de cette instance ou de la région qui porte la compétence avec des actions coups de poing pour dénoncer les mauvais aménagements. Le groupe « atelier d’autoréparation »  a insisté sur le fait qu’il ne faut pas hésiter à s’engager comme bénévole dans un atelier d’auto-réparation même si on ne maitrise pas tout. Apprendre à faire du vélo est essentiel : vélo-école pour adulte à Mâcon, démarrage à Cluny le matin même et « savoir rouler » à St Gengoux en ont témoigné. Enfin l’atelier « mon militantisme au quotidien » a dit l’importance de communiquer sur le vélo en donnant des exemples qui peuvent servir de modèle : chaque trajet au quotidien peut devenir une « vélorution ». Et de donner à voir le bonheur de faire de la bicyclette, sur des pistes cyclables qui sont de véritables « réseaux sociaux » permettant la rencontre et les échanges.

 Les échanges ont été riches et il a été acté qu’on se reverrait et qu’on pourrait poursuivre cette initiative en montant des projets en commun.

Un petit intermède en chanson a été concocté par les enfants qui ont créé une superbe chanson pro vélo sur un air de Michel Fugain que nous reprendrons, à n’en pas douter !

Avant de nous quitter et de repartir pour Mâcon, nous prenons une photo avec nos vélos, dont certains sont très originaux : vélomobile, bi et triporteur, longtail… 

Une partie de l’équipe mâconnaise est rentrée par la voie verte. Mais trois d’entre nous se sont essayés à l’intermodalité en prenant le car et ont été ravis de l’expérience. Une ligne Mobigo joint en effet Cluny à Mâcon et peut embarquer des vélos. Mathieu et son fils auront eu droit au rack à vélo derrière le bus très facile d’usage. Pour Nadine, le vélo a voyagé dans la soute : « avec l’aimable contribution de la conductrice qui, voyant ma maladresse de néophyte, est descendue de son véhicule au départ et à l’arrivée pour m’aider à charger et décharger mon vélo. Qu’elle en soit remerciée ! ». Pour 1,50 € et 30 minutes de trajet ! « Une superbe solution pour les jeunes enfants qui veulent tenter l’aventure de la voie verte jusqu’à Cluny, mais pour lesquels le retour présente moins d’intérêt. On recommencera avec la famille au complet » confirme Matthieu.

Une bien belle journée, riches de partages d’expérience et de souvenirs !

Par |28/06/2021|Non classé|

Les panneaux fleurissent au printemps

Mâcon Vélo en Ville le souhaitait et le recommandait, la mairie de Mâcon le fait : installer une signalisation nouvelle, les « cédez-le-passage cyclistes au feu », pour le plus grand profit des cyclistes et des automobilistes

Usagers de la route, vous avez dû voir apparaître en dessous de nombreux feux tricolores de notre ville des panonceaux, dénommés selon la réglementation officielle M12a et M12b. Ce sont des « cédez-le-passage cyclistes au feu ».

Quezako ? Ces signalisations autorisent le franchissement des feux par les cyclistes pour tourner à droite ou aller tout droit, plus rarement pour tourner à gauche. Bien évidemment le cycliste doit s’assurer que la voie est libre, il n’est pas prioritaire.

Quel intérêt ? Améliorer la sécurité du cycliste qui peut démarrer en léger décalage avec les automobilistes au feu, qui se retrouve  donc moins au cœur de la circulation automobile dans les carrefours. Ce dispositif contribue aussi à fluidifier le trafic.

Mais c’est dangereux ? Pas du tout. Le dispositif est expérimenté aux Pays Bas depuis 1990, depuis 2008 à Paris, puis Bordeaux, Nantes… Et aucun accident n’a été signalé de son fait. Il a donc été généralisé dans bon nombre de métropoles et pays dans les années 2010 (Paris depuis 2013).

Nous sommes heureux d’avoir contribué en tant qu’association de promotion de l’usage du vélo au quotidien à l’installation par la mairie de Mâcon de cette signalisation tant attendue. Il faut désormais qu’elle soit connue et comprise par les usagers.

Cyclistes, utilisez ces autorisations pour circuler plus en sécurité en évitant le flot de démarrage des véhicules motorisés tout en restant attentifs. N’oubliez pas que c’est un cédez-le-passage et donc que les piétons et les véhicules qui circulent sur l’autre voie sont prioritaires.

Automobilistes qui attendaient au feu et voyez un cycliste « griller » le feu rouge, prenez conscience qu’il en a le droit et que cela vous permettra de démarrer en toute sécurité et rapidement lorsque ce sera votre tour, vous n’aurez plus à vous inquiéter du cycliste qui était stationné près de vous. Et si vous réalisez à cette occasion qu’il fait bon être cycliste, rangez votre voiture au garage dés que vous le pouvez et enfourchez votre bicyclette. Vous découvrirez alors d’autres joies à faire du vélo : rapidité, liberté, santé, économie, grand air…

Par |20/06/2021|Non classé|
Aller en haut